"On essaye de se servir du côté NRJ radio"

Martial

Pour ce nouveau numéro de l'entretien, nous avons souhaité rencontrer une des révélations de la saison, il anime depuis deux mois le Mad Mag sur NRJ12 : Martial !

Votre saison est plutôt bonne... De chroniqueur au Daily Mag, vous êtes désormais animateur du Mad Mag. Vous sentez vous à votre place ?

C'était pas prévu au départ que je sois animateur. Sauf quand on a reprit l'émission où ils m'ont demandé de remplacer Ayem lorsqu'elle partirait pour accoucher. Aujourd'hui oui je suis à ma place, les audiences le prouvent aussi. Cela me permet d'allier guitare, l'animation, les vannes, mettre en avant les chroniqueurs. Je me suis pris au jeu et je me sens donc à ma place ; c'est sûr que s'il fallait redevenir chroniqueur ce serait compliqué...

Très critiqué par Ayem à son départ, comment avez vous vécu ce passage ?

Très bien puisqu'on faisait des records d'audiences en même temps. Comme il ne s'est pas du tout passé ce qu'elle a dit, j'avais ma conscience tranquille, les équipes aussi, à NRJ aussi. On a essayé de nous déstabiliser parce qu'on commençait à déranger. C'est normal... NRJ12 commençait à être enterré et on a réussit à remonter la barre donc forcément cela fait parler. Mais je pense que c'est le but, les gens parlent de nous. J'ai pas trop « kiffé » cette situation là. J'ai 26 ans, c'était pas prévu que je sois animateur donc j'ai autre chose à faire que pousser les gens à bout. On ne peut d'ailleurs pas pousser Ayem à bout, ça n'existe pas ! C'est faux et c'est en ce sens là où c'était pénible à vivre.

Êtes vous le nouveau Matthieu Delormeau ?

Non, je ne suis pas le nouveau Matthieu Delormeau, on a rien à voir! On ne défend pas les mêmes choses, on anime pas de la même façon, on a tous les deux des styles différents. Je tiens vraiment à mon style à moi, ma manière d'animer. C'est quelqu'un que j'adore et il m'a mis le pied sur l'étrier à NRJ12. Quand je suis arrivé en invité, c'est lui qui a dit aux patrons qu'il fallait m'engager. Quand il animait le Mag, il y avait beaucoup des Anges, nous on s'écarte petit à petit des Anges car on essaye d'ouvrir, c'est la raison pour laquelle on a reçu Julian Perretta et qu'on recevra Black M, ou encore Tal. On essaye de se servir du côté NRJ radio.

Avez vous abandonné la chanson ?

Non du tout ! Mon album est fini ! J'attends le bon moment pour le sortir. J'ai travaillé avec Jean-Louis Aubert et il devrait sortir à la rentrée entre septembre et décembre.

Avez vous été approché par Cyril Hanouna comme les rumeurs le disent ?

Approché, est un bien grand mot, on se connaissait déjà avant. Il y aurait pu avoir une éventualité effectivement mais cela ne se fera pas car j'ai une place assez importante à NRJ qui me permet de développer ce que j'ai envie de développer pour l'année prochaine, à savoir plein d'idées d'émissions. J'ai une force d'idées de propositions que j'ai voulu mettre au service de NRJ. Je suis très très bien sur NRJ. On fait de bonnes audiences, personne ne m'embête, on est assez libre à l'antenne donc c'est très agréable.

Vous vous sentez donc bien sur cette chaîne où pourtant la saison a été compliquée pour les autres...

Oui mais même pour moi car j'ai démarré chroniqueur. Mais si l'année a été compliquée pour la chaîne, moi je me suis servi de cela pour essayer d'apporter quelque chose de nouveau. Il se trouve que cela a marché. Je préfère qu'on démarre mal et qu'on finisse bien que l'inverse. C'est derrière nous ces soucis même si rien n'est jamais acquis en télé. On reste donc sur les starting block pour la rentrée et pour la fin de la saison. On sera d'ailleurs à l'antenne jusqu'au 1er juillet. On est les seuls à rester autant et c'est un choix audacieux de la chaîne.

Vous réalisez des audiences records, notamment sur les 15/24 ans. Est ce que vous vous attendiez à un tel succès si rapidement ?

Non je vais prier pour que cela continue ! Quand Ayem est partie, même moi je me suis demandé si on ferait toujours de l'audience. Ayem est quand même beaucoup plus connue que moi. Au final, on a continué à faire des records, on continue à être leader sur les jeunes, on continue à faire de bonnes parts de marché, c'est le plus important. D'autant plus que la concurrence est féroce avec Arthur, Hanouna... Encore une fois c'était pas prévu que j'anime. J'étais chroniqueur, Ayem animait, elle devait faire la saison, j'ai fait un essai un vendredi où il ne pouvait pas être là, et la magie a pris. Le fait que cela marche m'a fixé à NRJ12.

On sent une vrai complicité avec Benoit, est ce que vous avez des projets ensemble ?

Déjà on va continuer le Mad Mag ensemble l'année prochaine. J'ai pleins d'idées d'access prime time et de prime time pour la chaîne et évidemment il y aura Benoit. J'ai envie que ce soit un peu mon acolyte. Si un jour je devais faire de la radio, j'aimerais qu'il soit là, il a toujours la vanne, le mot pour rire. Et au delà du fait que j'adore Amélie, Aurélie, Mélanie, j'aime beaucoup Emilie Picch qui est en train de faire son trou de son côté. Elle a quelque chose qu'on a pas vu car elle n'est pas de la télé-réalité. Elle est plus dans le même registre que moi, elle parle avec beaucoup de second degré et cela fait du bien.

Et pour finir, que pensez vous de la mise en garde émise par le CSA sur votre programme et sur les Anges ?

Il n'y a aucun soucis. Je suis dans une notion de travail. Je répète que je suis un jeune animateur, même si cela marche, même si cela a l'air facile. Il y a quand même beaucoup de travail. Pour le CSA, on a eu de petits soucis effectivement mais cela n'arrivera plus. On prend cette mise en garde très au sérieux. J'ai pris mon rôle d'animateur en donnant mon avis, avant j'animais l'émission comme quand j'étais chroniqueur. Aujourd'hui, j'ai compris que lorsque l'on utilise tel ou tel mot cela peut écrire des articles... J'ai appris le côté people, le côté presse... On apprend, on a pas la prétention de tout savoir. C'est pour cela que les réseaux sociaux m'agacent des fois car les gens sont parfois très durs. Je me considère comme un artiste qui fait tous les jours un concert, un one man show et qui tous les jours se remet en question. Il y a une phrase que me répète Jean Louis Aubert et qui est mon leitmotiv c'est « On passe notre vie à se venger du concert de la veille ». Moi je me dis pareil pour l'émission. J'apprends beaucoup, j'apprends à relancer car quand un invité répond, je n'avais pas l'habitude, je ne suis pas journaliste. Des fois l'invité me donnait une réponse et dans le replay je me rendais compte être passé à côté d'une question. J'ai beaucoup travaillé et cela va mieux depuis une semaine.

Merci !

MadMag Ayem Martial TV NRJ12 L'Entretien Interview

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.